Un musée de la mémoire juive inauguré dans la médina de Tanger

L’espace muséal de la mémoire juive Beit Yehouda, dans la médina de Tanger, a été inauguré vendredi, couronnant le projet de réhabilitation du bâtiment de la Synagogue Assayag. Cette synagogue a fait l’objet de travaux de réhabilitation dans le cadre du Programme de réhabilitation et de valorisation de la médina de Tanger et de restauration de l’ensemble des lieux de culte qui constituent des espaces à forte portée civilisationnelle. Des travaux menés, conformément aux hautes orientations du roi Mohammed VI, par l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN) en partenariat avec la Wilaya de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication.

Le projet a porté sur la reconstruction du bâti de la synagogue abandonnée depuis plus de 60 ans et qui menaçait de s’effondrer à tout moment. Les travaux de réhabilitation ont réédifié la synagogue à l’identique dans le respect total de ses composants datant de plus d’un siècle et ont nécessité un budget global de 2 millions de dirhams (MDH), financé par le département de la Culture.

Parallèlement aux travaux de réhabilitation de la synagogue, un comité de la communauté juive de Tanger a procédé au financement et à la réalisation des travaux de scénographie de l’espace muséal Beit Yehouda, pour la préservation et la promotion du patrimoine culturel spécifique du judaïsme des Mégorachim, établis dans la zone nord du Royaume.

L’espace muséal, d’une superficie de 260 m2, abrite 3 salles d’expositions, des coursives autour du Patio de la Synagogue et une boutique de souvenirs. Il est prévu aussi la création d’un centre d’études et de recherche dédié au Judaïsme Séfarade du Nord du Maroc.

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Mhidia, du président du Conseil régional, Omar Moro, du secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc, Serge Berdugo, du gouverneur de la province de Fahs-Anjra, Abdelkhalek Marzouki, du directeur général de l’APDN, Mounir El Bouyoussfi, de cadres de la Fondation nationale des musées, d’élus, de représentants de la communauté juive du Maroc et d’acteurs de la société civile.

Source: yabladi