décès d’Hansjörg Huber, fondateur d’un orphelinat modèle près de Marrakech

L’association marocaine « Le village de l’Atlas«  a annoncé, le 4 septembre 2022 sur son site, la mort de son fondateur Hansjörg Huber. « Le père de 200 enfants, et notre père à tous, nous a (quittés) hier dans la nuit », indique un texte publié sur Facebook. L’ancien homme d’affaires suisse, né en 1946, avait quitté sa vie d’assureur à Zurich dans les années 2000 pour s’occuper des orphelins de la région de Marrakech.

En 2008, il quitte définitivement la Suisse, avec sa compagne, pour le Maroc et décide de consacrer la moitié de sa fortune à la construction du village des enfants de l’Atlas Dar Bouidar, près de Tahanaout, au sud de Marrakech. L’orphelinat Atlas Kinder, fonctionnel depuis 2015, est considéré aujourd’hui comme une institution modèle.

Promesse de jeunesse

Dans ce village, Hansjörg Huber a pu apporter une éducation et la joie de vivre à plus de 200 enfants avec l’aide d’éducateurs, de psychologues et d’enseignants afin de tenir la promesse qu’il s’était faite dans sa jeunesse : être là pour ceux qui en ont le besoin.

« Certains enfants viennent de familles brisées, ont vécu des choses terribles et sont tout contractés et effrayés lorsque nous les accueillons. C’est beau de les voir s’ouvrir et se développer au fil du temps. Nous devons tout faire pour que chaque enfant surmonte son traumatisme, se sente aimé, protégé et apprécié », expliquait Hansjörg Huber.

Ces enfants sont souvent les victimes de promesses de mariage non tenues, de viols ou de la prostitution. Abandonnés, ils finissent souvent dans l’un des centres d’accueil surpeuplés du pays. Aujourd’hui encore au Maroc, les enfants nés hors mariage sont encore stigmatisés, ils sont sans cesse victimes de préjugés. « Nous souhaitons faire de nos enfants de l’Atlas des citoyens solides, leur donner une identité propre, une fierté et une estime de soi qui les renforcent dans la conduite de leur vie. C’est pourquoi nous investissons avant tout dans l’éducation. »

« Nous souhaitons offrir à chaque enfant un foyer plein d’amour. Notre souhait le plus cher est qu’un jour, plus aucun enfant abandonné ne doive lutter pour sa survie. C’est pourquoi nous construisons des villages d’enfants ».

Hansjörg Huber, fondateur de l’orphelinat Atlas Kinder

Association « Village de l’Atlas »

Epanouissement et éducation

En plus de l’arabe marocain, leur langue natale, les garçons et filles apprennent le français dès leur plus jeune âge. Une fois qu’ils sont à l’école, vient s’ajouter l’enseignement de l’anglais. Chacun d’entre eux est encouragé à se développer dans tous les domaines. Les enfants suivent des cours de danse, apprennent un instrument de musique et se familiarisent avec les activités agricoles.

« J’ai laissé tomber mes biens matériels en Suisse. J’ai trouvé des valeurs immatérielles que je sens tous les jours ici. C’est magnifique. Le cœur, le respect, l’amour (…) Depuis que je distribue ces petits riens, je suis l’homme le plus heureux de la terre », déclarait Hansjörg Huber en 2020. Ses enfants, devenus grands, et les amis de l’association ont promis de poursuivre l’œuvre de leur bienfaiteur .

Source: France info