Algérie: le président kabyle, Ferhat Mehenni, condamné à perpétuité

Un tribunal algérien a condamné le leader du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), Ferhat Mheni, à la prison à vie pour « création d’une organisation (soit disant terroriste)  » et « atteinte à l’intégrité territoriale et à l’unité nationale » (….)

Le tribunal d’Alger a prononcé la peine par contumace à l’encontre de Mheni, qui réside à l’étranger, ainsi qu’une peine de prison à vie à l’encontre de Belabes Brahim, un autre accusé dans la même affaire, a rapporté l’agence de presse publique algérienne APS.

Lafdhal Zidane et Boutegrabet Munir ont également été condamnés à 20 ans de prison par le tribunal, qui a émis des mandats d’arrêt internationaux à leur encontre. Mheni vit en France depuis des années.

Le gouvernement algérien a publié en juin 2021 un amendement au code pénal visant à élargir la définition du « terrorisme » et a approuvé la création d’une liste de personnes et d’entités considérées par le gouvernement comme des organisations terroristes, document dans lequel le MAK, qui cherche à obtenir l’indépendance de la région majoritairement amazigh de Kabylie, a été inclus en mai de la même année.

Avec le MAK, l’opposition Rachad, un mouvement prônant un changement de régime pacifique dans le pays et dont les fondateurs comprennent d’anciens membres du Front islamique du salut (FIS), dissous par les autorités en 1992 après le déclenchement de la guerre civile un an plus tôt, a été désigné comme organisation terroriste par Alger.

Le conflit, qui a duré jusqu’en 2002 et fait plus de 150 000 morts, a éclaté après que le gouvernement soutenu par l’armée a annulé les élections législatives suite à la victoire du FIS au premier tour, en raison de son refus de céder le pouvoir aux autorités islamistes du pays.